atrian-odyssey-2

etrian-odysseyAyant fait ses armes au Japon, Etrian Odyssey n’a pas mis longtemps à percer aux Etats-Unis. Sorti sur Nintendo 3DS, cette petite perle du dungeon-RPG a eu l’audace de faire de l’œil aux joueurs avec un concept à la Wizardry. Un défi osé qui lui a été favorable, puisque l’adaptation se pose à merveille sur la petite console à double écran. Pour le coup, l’arrivée en pompe du titre avait légitimement rendu sceptiques les adeptes de jeux plus soft sur la console de poche.

Etrian Odyssey : la quête du survivant

etrianodisseyIl n’est pas question de dire qu’Etrian Odyssey relate les périples d’un survivant vs le reste du monde. Ce petit jeu à l’air tout mignon est en fait une véritable trappe où il faudra batailler pour survivre. Dans cette aventure, 5 personnages auront la lourde tâche de se promener dans le monde entourant Etria. 5 pauvres diables qui auront plus de chances de se faire tuer en cours de route que de tenir une jauge de vie pleine plus de quelques minutes.

Eh oui ! Etrian Odyssey se présente un peu comme un jeu qui envoie du lourd à tous les niveaux, et ce n’est pas peu de le dire ! Question difficulté, il y a largement de quoi décourager les moins téméraires. En plus d’une réflexion sollicitée en tout temps, le titre requiert autant de patience que de réflexes. De quoi satisfaire ceux qui aiment les challenges !

Des mouvements répétitifs et une carte pour la peine

Un point qui interpelle dans Etrian Odyssey est la répétitivité des mouvements. Bien qu’il n’y ait pas vraiment de quoi lui en tenir rigueur, le titre souffre cependant d’un manque de mobilité flagrant. Avancer, reculer, tourner. Un panel de gestes qui permettent de se déplacer, sans plus. Le détail est vite éclipsé par la présence d’une carte que le joueur retrouvera sur la dalle tactile de la console.

Les adeptes de la saga noteront aussi l’apparition de mémos et d’icônes au niveau de l’interface. Plutôt pratiques, ces petits billets servent essentiellement de repères et de pense-bête. Une autre bonne idée : l’accessibilité des plans comme de l’interface qui donnent une toute nouvelle dimension au jeu. Un point qui vient combler la difficulté prononcée du jeu.

Un jeu qui tape sur les nerfs

etrian_untoldVos premières parties d’Etrian Odyssey seront marquées par des gameovers répétitifs. Les premières missions laissent d’ailleurs deviner ce que la suite réserve : antagonistes surpuissants, héros aux capacités étrangement faibles… mourir est inévitable, et il faudra bien se faire à l’idée que vous aurez à repasser les niveaux plusieurs fois avant de passer à autre chose. Il va sans dire que cette petite particularité a le don d’agacer, surtout si vous espérez achever les étapes rapidement. Au cours des combats, certains aspects d’Etrian Odyssey peuvent aussi étonner par leur incohérence, avec une mention spéciale pour le revive d’alliés qui nécessite un retour vers la boutique du village pour acheter une potion. Des petits défauts qui ne font pourtant pas tache, et qui rajoutent du piquant à cet univers coloré.